Le journal d’Anne Frank

couv31941949.jpg

Auteur : Anne Frank

Éditeur : Éditions Le livre de poche (2013)

Pages : 357

En résumé :

Anne Frank est née le 12 juin 1929 à Francfort. Sa famille a émigré aux Pays-Bas en 1933. À Amsterdam, elle connaît une enfance heureuse jusqu’en 1942, malgré la guerre. Le 6 juillet 1942, les Frank s’installent clandestinement dans  » l’Annexe  » de l’immeuble du 263, Prinsengracht. Le 4 août 1944, ils sont arrêtés sur dénonciation. Déportée à Auschwitz, puis à Bergen-Belsen, Anne meurt du typhus en février ou mars 1945, peu après sa sœur Margot. La jeune fille a tenu son journal du 12 juin 1942 au 1er août 1944, et son témoignage, connu dans le monde entier, reste l’un des plus émouvants sur la vie quotidienne d’une famille juive sous le joug nazi.

Mon avis :

Si dans mon entourage personne ne lit, ce livre reste néanmoins le préféré de ma mère. Entre ce détail et l’histoire qu’il raconte, lorsque je suis tombée dessus en librairie, autant vous dire que je n’ai pas hésité.

Il y aurait tant de chose à dire à son compte mais je vais essayer de rester simple et efficace. Anne Frank est une fille juive qui à l’âge de 13 ans vit à Amsterdam avec ses parents et sa grande sœur. Inutile d’en dire plus, nous connaissons tous cette gamine et c’est ce qui rend la lecture si difficile. Il est impossible de juger la qualité du texte. Si Anne espérait publier un texte concernant l’Annexe, ce journal est et doit rester un témoignage. Alors je vais plutôt vous parler de mon ressentit, j’espère qu’il permettra au moins à quelqu’un de se pencher à son tour dessus. On commence la lecture en compagnie d’une Anne de 13 ans, « libre » (autant que pouvait l’être un enfant juif à cette époque) qui a des amis, va à l’école. Elle apparait aussi comme une enfant insouciante mais assez dévergondée pour l’époque et pleine de joie de vivre. En soit, le ton du début correspond bien à celui d’une enfant de son âge. Mais la situation est telle qu’elle doit fuir avec sa famille et se cachée. Vient alors l’enferment avec des règles strictes pour passer inaperçues et ne pas éveiller les soupçons, la proximité avec sa famille et les autres occupants, la peur et l’espoir. Seulement deux ans et demi s’écoulent mais à la fin du journal, l’évolution d’Anne est telle qu’on a l’impression qu’il s’est passé dix ans. On ressent alors cette jeunesse volée, cette maturité précoce et forcée. Personne ne peut et ne devrait se préparer à vivre ainsi en reclus du monde. Et pourtant, malgré ce huit clos, Anne est énormément ouverte sur l’extérieur. Elle écoute la radio pour suivre la politique, s’instruit beaucoup. Son espoir et ses ambitions sont une claque, d’autant quand on connait son âge. Elle nous rappelle sans le vouloir à quel point il est important de chérir l’instant présent. Je recommande également cette édition en raison de la postface très intéressante.

Un livre bouleversant de vérité.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s